|
|
|
|
|
|
18 2017
/
  :2010-10-13:: " "
 lettre ouverte adresse Ahmadinejad :
 
: 1896

Vous entamez une visite dans notre pays l'invitation de notre prsident de la Rpublique, et nous esprons que votre visite constituera un appui notre État souverain et indpendant, et notre formule de coexistence, comme l'a t la visite de votre prdcesseur, le prsident Mohammad Khatami, qui avait laiss un impact trs positif au niveau de tous les Libanais. Il reste que le devoir d'hospitalit nous impose aussi de faire preuve de sincrit et de franchise.

 

La premire chose que nous dsirons relever dans le cadre de cette franchise est qu'une faction libanaise puise depuis longtemps sa force en vous pour faire face l'autre faction ainsi qu' l'État. Cela ravive, malheureusement, dans notre mmoire des aventures absurdes auxquelles se sont livres plus d'une faction libanaise pendant plusieurs dcennies. En outre, vous vous engagez sur la mme voie que ceux qui vous ont prcd dans l'immixtion dans nos affaires internes, cette ingrence externe n'ayant pas pu tre camoufle par les grands slogans ou les dclarations de bonne intention.

 

À en croire certaines informations, vous placez votre visite sous le slogan de "l'appui au Liban dans la confrontation avec Isral et les États-Unis". Nous nous attendons entendre de votre part des propositions visant armer notre État et lui accorder d'autres aides en vue de cet objectif que vous avez dfini. À notre avis, votre soutien l'État combin l'aide en armes et en argent que vous continuez apporter une faction interne revient reprendre d'une main ce que vous donnez de l'autre. De ce fait, nous estimons que ce que vous pouvez donner de mieux au Liban, compte tenu de votre relation spciale avec la rsistance islamique, est de tenter de convaincre cette rsistance de se placer sous la coupe de l'État. Le reste, ce sont des dtails.

 

Puisqu'il est question de confrontation avec les États-Unis et Isral, nous attirons votre attention sur le fait que vos propos portant sur "le changement de la physionomie de la rgion partir du Liban", "la dfaite des États-Unis sur la terre du Liban", et "l'radication d'Isral par la force de la rsistance islamique au Liban" ne refltent en aucune faon le souci de prserver le Liban, de mme qu'ils sont irralistes. De tels propos donnent en outre l'impression que votre visite est celle d'un commandant suprieur qui inspecte ses premires lignes au front. Vous ne faites que ritrer le comportement des pays arabes pendant des dcennies, lorsqu'ils ont transform notre pays en seul terrain de confrontation avec Isral. Sauf que ces pays ont fini par rviser leur position et ont class notre pays comme "pays de soutien" et non pas comme un "pays de confrontation". Quant vous, vous ne semblez pas prt rviser votre position et vous insistez nous considrer comme un avant-poste dans votre bataille universelle.

 

Et de poursuivre : Nous ne sommes pas de ceux qui cherchent se dbiner des impratifs du conflit arabo-isralien ou du soutien aux droits des Palestiniens. Personne au Liban n'a d'ailleurs une telle intention. Mais il est de notre droit de dfinir notre rle la lumire de notre perception concernant notre intrt national, comme le font les pays qui se respectent, dont le vtre. Nous dfinissons notre rle et notre intrt national en nous basant sur quatre points fondamentaux en tte desquels figure la sauvegarde de notre formule unique de coexistence, laquelle constitue notre message dans le monde et notre contribution la stabilit internationale. Nous sommes galement attachs au slogan "le Liban d'abord", non pas pour faire face une quelconque partie, mais plutt en raction notre stupidit passe qui consistait accorder la priorit tout au dtriment de l'intrt du Liban. Nous sommes aussi attachs au slogan "l'État d'abord" qui est notre seule voie nous permettant de construire un avenir stable pour tout le monde. Enfin, nous sommes attachs tous nos engagements arabes et internationaux, dont notamment l'initiative arabe de paix et la rsolution 1701, pierre angulaire de la sauvegarde du Liban.

La question chiite

 

Et le document d'ajouter : Nous craignons l'mergence d'une "question chiite" au Liban et au Moyen-Orient, l'instar de la "question d'Orient" au dbut du sicle dernier, du fait de votre tendance vouloir mettre la main sur la composante chiite dans certains pays arabes, dont le Liban. La franchise sur ce plan est de loin prfrable au mutisme qui serait observ au sujet d'une affaire qui est unanimement ressentie dans notre rgion. Les chiites libanais sont une composante essentielle de notre socit. Ils sont un partenaire vital dans notre "patrie dfinitive".
 
Ils taient les premiers proposer de faire tat de cette prennit dans notre Constitution. Leur souci de prserver leur libanit n'est pas plus faible que le souci de toute autre composante du pays. C'est ce qu'ont prn leurs leaders en diffrentes circonstances lorsqu'ils les ont qualifis de "fentre culturelle ouverte sur le monde", comme le soulignait l'imam Moussa Sadr, ou lorsqu'ils les ont appels "s'intgrer totalement dans leur pays et ne pas se laisser entraner dans un projet propre eux", comme l'a recommand l'imam Mohammad Mehdi Chamseddine. Ces appels nobles sont en conformit avec l'essence de leur prsence dans ce pays, au-del des considrations politiques et des calculs conjoncturels.

En conclusion, le document prne l'tablissement de relations d'État État entre les deux pays, soulignant que c'est le droit international qui est garant de la souverainet des États .
 

Les signataires de la lettre ouverte Ahmadinejad
 
Voici la liste des signataires de la lettre ouverte adresse au prsident Mahmoud Ahmadinejad : Samir Frangi (ancien dput), Fars Souhaid (ancien dput), Élias Atallah (ancien dput), May Chidiac (journaliste), Mona Fayad (professeur d'universit), Élias Moukheiber (avocat), Chawki Azoury (mdecin), Antoine Corban (mdecin et professeur d'universit), David Corm (ingnieur), Mohammad Hussein Chamseddine (crivain), Ali el-Amine (journaliste), Omar Harkous (journaliste), Michel Lyan (ancien btonnier), Michel Mecattaf (politicien), Alexandre Najjar (avocat et crivain), Issa Goraieb (journaliste), Michel Hajji Georgiou (journaliste), Michel Touma (journaliste), Ziyad Makhoul (journaliste), Belinda Ibrahim (journaliste), Michel Youssef el-Khoury (avocat), Mayla Bakhache (assistante sociale), Roger Azzam (crivain et chercheur), Hind Darwiche (journaliste), Jean Badih Harb (avocat), Jean Pierre Katrib (militant des droits de l'homme), Melkar Awad (militant des droits de l'homme), Jolle Kozaily (journaliste), Joseph Tutungi (membre du comit excutif de l'ordre de la presse), Michel Abou Abdallah (mdecin), Nagib Zouein (militant), Nawfal Daou (journaliste), Ahmad Ayyache (journaliste), Ibrahim Gemayel (consultant), Nady Ghosn (avocat), Pierre Farah (homme d'affaires), Ahmad Ayyoubi (journaliste), Ahmad Youssef (enseignant), Adib Farha (homme d'affaires), Assaad Bechara (journaliste), Ismal Charafeddine (travailleur social), cheikh Abbas Jawhari (chef de la Rencontre laque libanaise), Nadim Abdel Samad, Nadim Koteiche (journaliste), Nazih Darwiche (chercheur), Aline Karim (journaliste), Amale Seif (ingnieur), Amina Mansour (journaliste), Émile Bechkanji (gestionnaire), Émile Najem (mdecin), Élie Hajj (journaliste), Élie Hadchiti (gestionnaire), Ayman Abou Chacra (journaliste), Wissam Fayad (mdecin), Kamal Dsouki (avocat), Ayman Jezzini (journaliste), Ayman Charrouf (journaliste), Chryssoula Fayad (enseignante), Badia Fahs (journaliste), Charles Jabbour (journaliste), Pascale Feghali, Pamela Nohra Maalouf (chercheuse), Nassir el-Assaad (journaliste), Yolande Georgiou (enseignante), Berry Assaad (mdecin), Bassam Abou Karroum (profession librale), Bassam Gergs (profession librale), Danielle Gergs (journaliste), Bassam Zogheib, Bachir Assaker (avocat), Bilal Khobeiz (journaliste), Binane Ghanem, Bahia Skafi (journaliste), Pierre Akl (journaliste), Toufic Ghanem (ingnieur), Soraya Chmit (journaliste), Jad Goraieb, Jad Yatim (journaliste), Kamal Batal (ingnieur), Jacques Hayek (entrepreneur), Jean Marc Nehm (ingnieur), Jean Marie Kassab (industriel), Justine Talvazian (gestionnaire), Jihad Farah (ingnieur), Jawad Achkar (profession librale), Jawad Abou Mansour (activiste politique), Georges Goraieb (ingnieur et professeur d'universit), Joumana Nasr (journaliste), Jilal Fatayri (journaliste), Houssam Gergs (mdecin), Houssam Alameddine (journaliste), Hussein el-Wagih (journaliste), Hussein Kassem (enseignant), Hikmat Eid (avocat), Hanin Ghaddar (journaliste), Khaled Abou Chacra (journaliste), Khaled Hachem (ingnieur), Khouloud Abou Khazam (enseignante), Khouloud Ghadieh (employe), Darine Hlou (journaliste), Dalia Obeid (chercheuse), Danielle Matar (universitaire), Rabih Chamoun, Rabih Semaan (profession librale), Rabih Nokari (employ), Rabih Yassine (journaliste), Raja Noujeim, Regina Kantar (avocat), Ramzi Halabi (profession librale), Randa Khairallah (employe), Riad Tok (journaliste), Riad Issa (travailleur social), Rayyan Fakih (profession librale), Rita Hakmeh (crivain), Rim Itani (femme d'affaires), Raymond Hatem (ingnieur et consultant), Raymond Maalouf (ingnieur), Zahwa Majzoub (professeur d'universit), Zeina Tabbarah (journaliste), Sari Khazen (ingnieur), Samer Ayyache (ingnieur), Sami Chidiac (ingnieur), Sami Chamoun (avocat), Sami Itani, Samia Baroudi (militante), Saad Kiwan (journaliste), Saad Matar (homme d'affaires), Salmane Andari (journaliste), Slim Meereb (enseignant), Slim Mouzannar, Sana el-Jaq (journaliste), Sania Kabbani (journaliste), Clia Hamad (consultante), Simon G. Karam (avocat), Chahine Khoury (enseignant), Chehad Sakr (homme d'affaires), Chawki Dagher (avocat), Chawki Zabad (profession librale), Sabah Fars (enseignant), Salah Takieddine (journaliste), Talal el-Ahmad (activiste), Talal Khoja (professeur d'universit), Antoine Khawaja, Tony Habib (ingnieur), Tony Chebbo (chef d'entreprise), Amer Halawani (professeur d'universit), Amer Sibani (journaliste), Abdel-Salam Moussa (journaliste), Abdallah Haddad (banquier), Ibad el-Sokhn (homme d'affaires), Abdallah Zakhia (avocat), Aziz Karam (syndicaliste), Ali Husseini (journaliste), Imad Zein (journaliste), Imad Moussa (journaliste), Ghada Kallas (chef d'entreprise), Ghanem Zebiane (traducteur), Ghassan Derjani, Ghassan Berjas (gestionnaire), Gloria Ayoub el-Khazen, Fady Bustros (consultant), Fady Toufic (journaliste), Fady Antar (mdecin), Firas Chrouf (gestionnaire), Franois Dahdah (ingnieur), Victor Awad, Philippe Souhaid (mdecin), Kassem Khalif (journaliste), Kassem Moussa (gestionnaire), Csar Bassil (profession librale), Karine Bejjani (gestionnaire), Kamal Richa (journaliste), Camille Tabet (profession librale), Lamis Farhat (journaliste), Laure Chelala (employe), La Baroudi (consultante), Lina Mantoura (ingnieur), Linda Traboulsi, Linda Khoriati (chef d'entreprise), Marie Feghali (tudiante), Marie Noujeim Harb (gestionnaire), Mohammad Chami (journaliste), Mohammad Harfouche (journaliste), Mohammad Hamdane (journaliste), Mohammad Ghandour (journaliste), Mohammad Fouad Chbaro (journaliste), Mahmoud Ghozayel (journaliste), Marta Zarazir (gestionnaire), Marwan el-Amine, Massoud Mohammad (crivain), Moustapha Fahs (journaliste), Moun Gergs (profession librale), Mounem Zebiane (profession librale), Maya Hadar (avocat), Mireille Karout (journaliste), Mrine Abdel Massih (journaliste), Michel Spiro (gestionnaire), Michel Youssef el-Khoury (avocat), Nadia Masri (journaliste), Nayla Debs, Nabil Abou Ghanem (journaliste), Nabil Halabi (avocat), Nabil Hussein Agha (chercheur), Nabil Kharrat (mdecin), Nada Aboufadel, Nada Maatouk, Nada Mehanna (avocat), Nehm Labbous (journaliste), Nasr Farah (prsident de conseil municipal), Nahla Zebiane (profession librale), Nawal Nasr (journaliste), Nicole Fayad (consultante), Hady el-Amine (chercheur), Hiba Abou Chacra (assistante sociale), Hicham Abou Khouzam (pote), Hicham Abou Nassif (universitaire), Hala Meereb (enseignante), Hind Faddoul, Haytham el-Tabch (journaliste), Wal Yaman (journaliste), Wissam el-Amine (journaliste), Walid Abdel Samad (profession librale), Youssef Bazzi (journaliste), Youssef Zeineddine (travailleur social), Youssef Faddoul (conomiste), Adel Moubarak (assureur), Laurice Murr, Nadine Masri (journaliste), Atef Moussa (travailleur social), Hanadi Chami (journaliste), Ali Cheab (universitaire-Canada), Ali Halawi (journaliste-Canada), Joe Abou Mikhal (journaliste), Ghada Arini (assistante sociale), Hassan el-Kotob (chercheur), Mazen Sammak (journaliste), Rosy Daou (chef d'entreprise), Chadi Nachabeh (travailleur social), Dolly Haddad (banquire).

 

 

Open Letter to the President of the Islamic Republic of Iran

 

250

 





:

 
 
: 0